Alexandre Jurain, musicien

Alexandre Jurain est né dans un village de Champagne de Champagne entouré de forêts et d’étangs. Passionné de nature et de musique, il joue du piano, découvre le jazz, vénère Bach et Stravinsky.

Intéressé par la musique indienne, il arrive à Santiniketan à la fin de l’année 2000, et y rencontre Abir Singh, un musicien fantastique jouant un des instruments à cordes frottées les plus rares au monde et aux possibilités d’expression infinies, l’Esraj.

Sukanta Bose, chanteuse

Sukanta Bose est née à Chandernagor, au Bengale Occidental. Ses parents, chanteurs passionnés, l’initient dès son plus jeune âge à la musique classique indienne et à l’interprétation du Rabindra Sangeet, répertoire populaire des chansons composées par le poète Rabindranath Tagore.

Tandis qu’elle étudie la peinture à l’université de Santiniketan, créée par Tagore au début XXème siècle, Sukanta prend des cours de chant auprès de deux maîtres classique, Vikram Singh et Mohan Singh.

Francois Fock Chow Tho, danseur, créateur d’instruments, musicien

 

Accordéoniste autodidacte, Francois FOCK CHOW THO côtoie les musiques traditionnelles depuis son plus jeune âge. C’est à l’adolescence qu’il développe un intérêt grandissant les musiques des Mascareignes dont il est originaire. Se nourrissant de collectages anciens ou récents, il s’évertue à balayer le répertoire des îles de l’Océan Indien dans sa diversité.

Diplômé d’un DEM de Musiques traditionnelles occitanes au CRR de Toulouse, il enseigne l’accordéon diatonique dans diverses structures en Haute Garonne et se produit avec Kaptèn Séga et Mafatambwa.

Violeta Jarero, musicienne

 

Originaire de Guadalajara au Mexique, Violeta Jarero Castillo est une référence en matière de Son Jarocho, genre musical issu essentiellement de l’état de Veracruz.

 

Toulousaine d’adoption depuis 2011, elle y a longtemps animé un atelier de découverte, d’initiation et de pratique collective autour de la musique et de la danse du Mexique.

 

Ouverte sur le monde, elle ne cesse de développer les échanges artistiques en développant des projets avec de nombreux artistes aux origines et influences diverses. On peut citer notamment La Polvadera, Azahar, Kaptèn Séga, Comme une rivière qui retourne à la Montagne.

 

Elle présente l’atelier de chant traditionnel Mexicain pendant le festival « L’autre et l’ailleurs » des Rencontres Lyriques de Luchon.

 

 

Quatuor Ad Lib

 

Ad Lib

 

Quatuor de saxophone

 

 

C’est au cours de leur parcours au Conservatoire de Toulouse que ces 4 saxophonistes se sont rencontrés en 1999.
Tous titulaires d’un 1er prix de saxophone et d’un 1er prix de musique de chambre, ils sont aujourd’hui professeurs dans les écoles de musique et conservatoire à travers le grand Sud-Ouest.

Ces musiciens expérimentés n’en ont pas pour autant oublié de concrétiser leur rêve, à travers le quatuor Ad Lib, qui réunit sur scène soprano (David Arriola), alto (Sylvie Romiguière), ténor (Pascal Ducournau) et baryton (Vincent Duro).

 

De Mozart à Piazzola, leur musique transmet une chaleur et une passion communicatives.

 

Philippe Gibaux, luthier, violoniste

 

Philippe Gibaux, d’abord luthier, puis collectionneur d’instruments de facture populaire, violoniste et chanteur de groupes de chants de marins comme Marée de Paradis, participe depuis plusieurs années avec Claude Ribouillault, en duo, à des opérations en collège appelées Le cabaret d’la puce qui r’nifle.

 

Véritable fédérateur de la musique traditionnelle en Haute-Normandie, chargé de cours d’ethnomusicologie à l’Université de Rouen, président pendant de longues années de l’association Galaor à Rouen, Philippe est un musicien ancré dans la tradition, dont le jeu vigoureux fait merveille.

 

Son expertise et son talent sont particulièrement reconnus dans le cadre d’animations/ateliers de lutherie populaire, notamment pour la fabrication d’instruments bricolés…

Claude Ribouillault

 

Claude Ribouillault est un ethnomusicologue dont le terrain de recherche privilégié est l’Histoire.

Il est aussi et d’abord musicien, conteur, collectionneur d’objets en danger de disparaître (masques, marionnettes, photos de famille, cahiers de chansons, instruments de musique de non-luthiers…).

Ces objets le conduisent vers des sujets “en limite” des domaines habituels : histoire de la photographie, lutherie amateur, chansonniers populaires, mais aussi formes courtes du conte traditionnel…

 

Ses ouvrages en attestent : La musique au fusil, avec les soldats de la grande guerre, Musiques d’à bord, au gré des flots, au fil de l’eau, Nains, hercules & géants, une humanité prise par la taille…

 

Concerts et enregistrements prolongent ce travail : Trigorno (répertoire maritime entre Loire et Gironde) ; Violon Bidon ! (chansons, instruments & musiques des soldats de la grande guerre)…

Fabien Fonteneau, organiste et compositeur

Diplômé du Conservatoire National de Région de Toulouse et ayant suivi une formation complémentaire aux Etats-Unis, Fabien Fonteneau se produit depuis plus de quinze ans lors de concerts d’orgue ou de piano aussi bien à Toulouse et sa région qu’à l’étranger : Atlanta, New York, Sydney, Reykjavik ou Budapest, tant en soliste qu’en accompagnateur d’instrumentistes ou de choeurs.

Fabien Fonteneau se produit très régulièrement à l’orgue Dominique Cavaillé-Coll de l’abbatiale Saint-Michel de Gaillac (Tarn).

A partir de 2010, Fabien Fonteneau se met à la composition pour l’orgue, avec une inspiration nourrie par des années de pratique de l’improvisation.

Il affectionne tout autant la musique ancienne que la musique moderne, ainsi que leur synthèse par des compositeurs comme Marcel Dupré, Maurice Duruflé ou André Fleury.

 

Sa prédilection pour la mélodie française l’entraîne vers les répertoires de compositeurs toulousains tels que Marguerite Canal, Aymé Kunc, Marcel Vidal Saint-André, de compositeurs régionaux comme Déodat de Séverac, Gabriel Fauré mais également vers Debussy, Duparc, Chausson, Satie et Poulenc.

Fabien Fonteneau est titulaire de l’orgue de l’église Saint-Exupère à Toulouse et organiste associé au Temple du Salin, dans la même ville.

Saori Sato, organiste

saorieSaori Sato est née à Niigata, au Japon.

A l’université de sa ville natale, elle a mené à son terme un cycle d’études en piano et en composition, complété par une maîtrise en pédagogie musicale. Durant l’année 2000 elle entreprend des études d’orgue et en 2003 elle étudie au CESMD de Toulouse, dans les classes de Jan Willem Jansen et de Michel Bouvard, ou elle a obtenu, au mois d’octobre 2005 un premier prix. En septembre 2005, elle se perfectionne au pianoforte et à la basse continue auprès de Yasuko Bouvard et de François Saint-Yves, au sein de CNR de Toulouse, elle a obtenu des prix de solfège, d’écriture, de basse continue et de pianoforte.

 

Elle collabore aux festivals de : Toulouse les Orgues, Passe ton BACH D’abord, Toulouse d’été, La Chaise Dieu, Sorèze, Sylvanès, Saint-Maximin, Saint-Céré, Eclats de Voix Auch… avec l’Orchestre de Chambre de Toulouse, Les Sacqueboutiers, Il Canto d’Arione, Les Eléments, l’Ensemble Baroque de Toulouse, Ensemble Antiphona, l’Orchestre à cordes de l’Ariège, Scandicus, Tokyo Bach Cantate Ensemble et désormais les Rencontres Lyriques de Luchon.

Katja Wentz, musicienne, plasticienne

Katja Wentz partage sa vie entre l’Europe et l’Asie. Artiste pluridisciplinaire elle travaille la peinture et l’art textile, et pratique divers instruments de musique, surtout originaires de l’Inde.  Après des années de formation de piano classique dans sa jeunesse, elle apprend à jouer le sitar à Varanasi (Inde du Nord) durant plusieurs saisons, elle a également fréquenté l’académie musico-ethnologique de Venise ou elle a suivi les cours de Budhadithya Mukherjee. Artiste nomade, elle expose ses oeuvres et se produit en tant que musicienne à ‘ international.

Katja anime des soirée “voyage sonore”’, avec le sitar, l’antara (monochord/koto), les bols tibétains/ceramic), flûte, tampura avec le chant harmonique. Elle a appris les chants traditionnel de l’hindouisme et du bouddhisme, pendant des retraites dans des ashram en Inde du Nord ainsi que dans des monastères bouddhiste au Népal, en Aragon (en Espagne) et en Dordogne. Depuis 25 ans, elle passe la moitié de sa vie entre le  Népal,  l’Inde, le Laos, la Thaïlande, le Bhoutan et Bali.

Katja accompagne des stages de yoga, de méditation et des retraites de méditation avec la musique méditative, et les chants.

Elle a étudie à l’académie de Beaux Arts a Berlin.

 

www.kirvani.com